Lancelot Brown ou Capability Brown et ses exploits paysagers

Dans la poursuite de notre série d'articles sur les grands jardiniers, nous sautons ce mois-ci du continent vers l'île britannique.Le 6 février 1716, Lancelot BROWN y voit le jour. On l'appellera plus tard aussi « Capability » BROWN (capabality = capacité) par respect de sa façon de concevoir un jardin. En effet, il estimait qu'il fallait d'abord juger les « capacités » du site à transformer pour en tirer le plus grand profit en matière de jardin fini.Il est toujours estimé comme le plus grand jardinier d'Angleterre. Dans sa vie, il a conçu plus de 170 parcs et jardins dont beaucoup perdurent encore aujourd'hui et sont parmi les propriétés les plus prestigieuses de la Grande-Bretagne, comme Blenheim Palace, Warwick Castle et les jardins de Kew à Londres.Sa conception du jardin était fondamentalement différente par rapport à celle de Le Nôtre. Là, où Le Nôtre mettait en œuvre son savoir mathématique et ordonné, Capability Brown misait plus sur l'inspiration dans un premier temps pour s'imprégner des lieux. Ses réalisations ne sont pas moins remarquables pour autant. Dans ses réalisations, vous trouverez de vastes palais parfaitement intégrés dans la nature, comme par exemple Badminton House.Il aimait entourer les bâtisses avec des pelouses somptueuses, jamais rectilignes, plutôt faites d'ondulations et de courbes. Pour le plaisir des yeux, il intégrait souvent des cours d'eau ou de petits lacs.Tout comme les réalisations de Le Nôtre en France, les créations de Capability Brown bousculaient totalement les habitudes dans son pays. Il remplaçait les jardins anglais formels par des compositions totalement naturelles.Un jour, il décrivait sa façon de faire avec les mots de Hannah More (écrivain religieux anglais) comme suit : « Alors là-bas », disait-il en pointant son doigt, « je mettrais une virgule, et là-bas » dirigeant son doigt vers un autre point, « où un tour plus décisif est approprié, je mettrais un point virgule. » Les donneurs d'ordre de Brown appréciaient dans son travail les paysages idéalisés des peintres paysagers italiens dont ils collectionnaient les œuvres. Les sites étaient méconnaissables par rapport à ce qu'ils étaient avant son intervention.Un auteur anonyme écrivait : « Néanmoins, tel était l'effet de son génie, qu'il était l'homme le plus heureux, quand on se souvenait le moins de lui ; il copiait la nature avec une telle perfection que son travail n'était même pas remarqué. »La popularité de « Capability » Brown a diminué rapidement après sa mort puisque son travail colossal a été dénigré comme une imitation de la nature sauvage. Durant le 19e siècle, il a été largement critiqué alors qu'au 20e siècle, on a redécouvert les aptitudes de Brown.Il est décédé en 1783 sur le seuil de la maison de sa sœur, Bridget. À cette occasion, Horace Walpole écrivait à Lady Ossory : « Vos dryades devront porter le noir, Madame, leur beau-père, le second mari de mère Nature, est mort ! » (dryade = nymphe qui protège les forêts et les bois).

Produits pouvant vous intéresser...